Un vibrant hommage est rendu au médecin capitaine Valérie André, présentée comme une sauveuse d’hommes.

Chirurgien et pilote d’hélicoptère, elle se transporte dans la zone dangereuse de Hoa Binh à bord d’un hélicoptère Hiller M-360 pour aller chercher un blessé. Pour couvrir sa mission, deux aéronefs survolent la zone à basse altitude et des soldats français postés tirent en direction du Viêt-minh. L’hélicoptère qui a pris en charge le blessé décolle sous le bruit de tirs nourris et se pose à l’hôpital de Hanoï. Le commentaire met en évidence le courage de cette femme hors du commun.

Le film se poursuit sur des images de la ville de Saïgon, où on s’affaire à construire de nouveaux logements, ainsi que sur un des derniers actes de la pacification dans le sud Viêtnam concrétisé par la réouverture en février 1953 de la route de Saïgon à Cap Saint-Jacques, coupée depuis 1947 par le Viêt-minh entre Long Tanh et Baria.