Bruxelles, ville libérée
Le 18 novembre, des fantassins allemands rassemblés en un convoi hippomobile, s’apprêtent à quitter la capitale belge sous le regard indifférent de passants sur le point d’embarquer dans un tramway. Devant l’hôtel de ville, les Bruxellois préfèrent accueillir avec joie M. Adolphe Max, bourgmestre de la capitale depuis 1909, qui s’est évadé de la prison de Goslar le 13 novembre 1918.

Les souverains belges entrent à Bruxelles
Le 22 novembre, des notables attendent l’arrivée dans la capitale des souverains belges à la tête d’un détachement des armées alliées. Des cavaliers ouvrent la marche du convoi devant le roi Albert Ier, la reine Elizabeth et le prince héritier, retenus par la foule en liesse qui envahit la chaussée et ovationne le « roi-chevalier » place de la Nation.

Défilé français à Colmar
Le 22 novembre à Colmar, Un orphéon, suivi des notables et de fillettes en costume régional, ouvre le défilé. Puis viennent des officiers, des Alsaciens, des vétérans de 1870, portant drapeaux et bannières, des cavaliers et une fanfare militaire. Le général de Castelnau à cheval gagne la place de l’Hôtel de ville pour assister, en compagnie des généraux Hirschauer, de Mitry, et Lacapelle, au défilé des soldats de la 162e division d’infanterie du général Messimy. La caméra s’attarde sur des visages d’enfants et sur deux jeunes femmes entourant un soldat. Le général de Castelnau, acclamé par la foule, salue les drapeaux des régiments présentés au pied de la statue du général Rapp (1771-1821, natif de Colmar). Une jeune femme remet un bouquet au général Messimy.

Informations sur la vidéo

  • Date de l'évènement : 21/11/1918
  • Évènement : Les annales de la guerre N°88.
  • Référence : 14.18 B 88
  • Copyright : SCA