• L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Le capitaine Borbal-Combret (au centre), des officiers de la 2e compagnie du 3e régiment de tirailleurs tonkinois et des soldats tonkinois à Lang-Nac près de Bac-Ninh. Le capitaine Borbal-Combret est blessé d’un coup de feu lors de la prise du fort de Mo-Nhaï le 13 octobre 1887 durant son premier séjour au Tonkin. Ses clichés sont les plus anciens se rapportant à l’Indochine française dans les fonds de l’ECPAD.
    • Date : Décembre 1885
    • Lieu : Indochine française, Tonkin, Lang-Nac
    • Photographe : Charles Borbal-Combret
    • Origine : ECPAD – collection colonel Laroche
    • Référence : D18-01-01
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Nourrice vietnamienne tenant un bébé. L’auteur de ce cliché, Louis Vaillant, part pour l’Indochine en tant que médecin des troupes coloniales en 1902. Il séjourne à plusieurs reprises en Asie (Indochine, Tonkin, Chine) où il contribue, en qualité d'épidémiologiste, aux campagnes de vaccinations antidiphtériques et contre les fièvres typhoïdes. Cette collection comporte des vues remarquables, en particulier, des scènes de la vie quotidienne du médecin avec sa famille et ses domestiques en Indochine.
    • Date : 1902-1910
    • Lieu : Indochine française
    • Photographe : Louis Vaillant
    • Origine : ECPAD – collection Louis Vaillant
    • Référence : D147-3-12
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Des artisans et leur famille dans une boutique de broderie annamite à Hanoï. Affecté au 9e régiment d’infanterie coloniale, le lieutenant Edgard Imbert séjourne au Tonkin d’avril 1905 à octobre 1908. Le fonds Imbert, composé d’environ deux mille plaques de verres, témoigne de la fascination du photographe pour la civilisation vietnamienne et de ses qualités propres de photographe.
    • Date : 1906
    • Lieu : Indochine française, Tonkin, Hanoï
    • Photographe : Edgard Imbert
    • Origine : ECPAD – collection Imbert
    • Référence : IT-50-723g
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Soldats indochinois occupant d’anciennes tranchées allemandesMont-des-Sapins, près du Chemin des Dames. Près de cent mille Indochinois venus du Cambodge, du Laos et du Vietnam participent au premier conflit mondial. Ils gagnent la métropole pour constituer des bataillons de tirailleurs indochinois qui rejoignent le front français ou le front d’Orient, ou sont employés comme travailleurs coloniaux dans les usines françaises d’armement et d’aviation.
    • Date : Avril 1917
    • Lieu : France, Aisne, Mont-sapin
    • Photographe : Paul Queste
    • Origine : SPA
    • Référence : SPA-95-B-5380
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Michel de Boisboissel, administrateur des services civils, inspecte un tunnel près du cap Varella. Les archives photographiques d’ Hubert de Boisboissel, qui s’installe en Indochine en 1938 et s’engage au 11e régiment d’infanterie coloniale en 1940, illustrent divers aspects de la société coloniale de l’entre-deux-guerres à travers des photographies de famille.
    • Date : vers 1932
    • Lieu : Indochine française, Annam, Cap Varella
    • Photographe : inconnu
    • Origine : ECPAD – collection de Boisboissel
    • Référence : D301-1-54
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      À Moncay, près de la frontière chinoise, des pirates fusillés sont exposés sur la place du marché pour l’exemple. Affecté au 19e régiment mixte d' infanterie coloniale, Hubert de Boisboissel sert trois années à Moncay où il découvre probablement cette scène macabre. L’administration indigène prévoyait ce type d’exécution, la décapitation étant la peine capitale.
    • Date : 1942-1943
    • Lieu : Indochine française, Tonkin, Moncay
    • Photographe : inconnu
    • Origine : ECPAD – collection de Boisboissel
    • Référence : D301-1-44
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Des tirailleurs indochinois au foyer du camp de Valescure. Créés en 1915, les « camps du sud-est » sont destinés à accueillir les troupes coloniales (Indochinois, Malgaches, Africains) venues combattre en France et leur permettre de s’acclimater et de s’instruire. Réutilisés en 1939 dans ce but, ils servent après l’armistice de juin 1940 de camps de transition pour les unités coloniales dissoutes en attente d’être renvoyées chez elles ou d’être réaffectées. Cette photographie a été prise par le Service cinématographique de l’armée sous le gouvernement de Vichy.
    • Date : Octobre 1941
    • Lieu : France, Var, Saint-Raphaël
    • Photographe : attribué à Viard, Roland Faure ou Louis Cadin
    • Origine : SCA
    • Référence : VICHY-110-2279
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Le long des côtes du Bouches-du-Rhône, entre la Ciotat et Les Lecques, des prisonniers indochinois de l'infanterie de marine travaillent sous la garde d’une sentinelle allemande. Cette photographie provient du fonds allemand qui compte environ 345 000 photographies prises par les compagnies de propagande allemandes pendant la seconde guerre mondiale.
    • Date : Juin-Août 1943
    • Lieu : France, Bouches-du-Rhône
    • Photographe : Hans-Georg Schnitzer
    • Origine : Kriegsberichterzug XI.Flieger-Korps (section de reporter parachutiste du XIe corps aérien allemand).
    • Référence : DAA-3311-L24
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Lors d’une escale à Ceylan, le général Leclerc, nommé commandant supérieur des troupes en Extrême-Orient, passe en revue l’équipage du croiseur Triomphant qui s’apprête à rejoindre le sud de l’Indochine. Le général a pour mission de prendre toutes les mesures, sous l’autorité du haut-commissaire Thierry d’Argenlieu, pour rétablir la souveraineté de la France en Indochine, balayée le 9 mars 1945 par les forces japonaises qui stationnent en Indochine depuis 1941.
    • Date : Septembre 1945
    • Lieu : Ceylan
    • Photographe : Claude Le Ray
    • Origine : SPI
    • Référence : TERRE-10915-G10
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Arrivée triomphale à Saïgon du général Leclerc qui se dirige vers le palais du gouverneur où l’attendent le major-général anglais Gracey, commandant la 20e division hindoue, et le colonel Cédile, commissaire de la République en Cochinchine. Sous une pluie tropicale, le général Leclerc termine son trajet à pied, provoquant un fort enthousiasme de la foule. Suite à la déclaration de l’indépendance de la République démocratique du Vietnam par Hô Chi Minh le 2 septembre 1945, le sentiment nationaliste et anti-français gagne la Cochinchine et provoque de graves incidents, comme celui de la cité Héraud où des Européens et des fonctionnaires annamites sont massacrés dans la nuit du 24 au 25 septembre 1945.
    • Date : Octobre 1945
    • Lieu : Indochine française, Cochinchine, Saïgon
    • Photographe : Claude Le Ray
    • Origine : SPI
    • Référence : TERRE-10914-L55
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Soins prodigués à la population d’un village lors de l’opération Gaur. Cette opération de pacification dirigée par le lieutenant-colonel Massu est menée par un fort détachement blindé qui doit traverser l’Annam d’ouest en est. Cette opération de présence, ou « démonstration de force » comme le souligne le caméraman Weill du Service cinématographique des armées dans son compte rendu de prises de vues, est accompagnée d’un « détachement de guerre psychologique » chargé de distribuer de la nourriture et des médicaments et d’apporter des soins médicaux à la population des villages rencontrée ainsi qu’à l’ethnie moï des hauts-plateaux. Ce reportage peut être mis en parallèle avec le don de M. Brézillon (réf. D145-1) qui, alors lieutenant et journaliste pour la revue Caravelle, suit l’action du détachement de guerre psychologique qu’il commande lors de cette opération. On le retrouve sur ce cliché, muni de son appareil photographique.
    • Date : Janvier 1946
    • Lieu : Indochine française, Annam
    • Photographe : Claude Le Ray
    • Origine : SPI
    • Référence : TERRE-11069-L20
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Le président vietnamien Hô Chi Minh assiste au défilé du 14 juillet en compagnie des généraux Juin et de Lattre de Tassigny. Présent en France pour la conférence de Fontainebleau qui s’ouvre le 6 juillet 1946, Hô Chi Minh ne participe toutefois pas aux pourparlers, donnant délégation à Pham Van Dong. Le président vietnamien préfère profiter de son séjour en France pour continuer son opération de relations publiques. Les discussions, qui doivent traiter de l’intégration du Vietnam dans l’Union française et de l’unité indochinoise, sont finalement un échec.
    • Date : Juillet 1946
    • Lieu : France, Paris
    • Photographe : inconnu
    • Origine : SCA
    • Référence : TERRE-11181-R11
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Patrouille motorisée dans un quartier résidentiel après le coup de force du Viêt-minh du 19 décembre 1946 à Hanoï, considéré comme marquant le véritable début de la guerre d’Indochine.
    • Date : Décembre 1946
    • Lieu : Indochine française, Tonkin, Hanoï
    • Photographe : Claude Brézillon
    • Origine : ECPAD – collection Brézillon
    • Référence : d145-12-34
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Un chef de poste entouré des notables vietnamiens dans la maison commune du poste de Tan-Niep. Le reportage, intitulé « Une journée dans la vie d’un poste », est représentatif de l’« imagerie » de la guerre d’Indochine des premières années, qui évolue à partir de 1951 avec l’arrivée du général de Lattre de Tassigny et la création du Service presse information. Souvent posées et composées, parfois révélant des scènes reconstituées, ces photographies servent le discours militaire, en mettant en avant l’action pacificatrice de la France en Indochine. Ici, le photographe veut souligner l’entente et la collaboration entre le chef de poste français et les notables vietnamiens.
    • Date : Octobre-Novembre 1949
    • Lieu : Indochine française
    • Photographe : Jacques Oxenar
    • Origine : SPI
    • Référence : F-49-86-R12
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Des partisans de l’ethnie rhé, à qui l’on vient de distribuer des fusils MAS 36. Hostiles au Viêt-minh, ces autochtones vivant sur les hauts plateaux de l’Annam participent au maintien ou au rétablissement de l’ordre dans leur région aux côtés des forces françaises.
    • Date : Mai 1950
    • Lieu : Indochine française, Annam
    • Photographe : inconnu
    • Origine : SPI
    • Référence : ANN-50-17-R8
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Le général de Lattre de Tassigny, haut-commissaire de France et commandant en chef en Indochine, s’entretient avec des gardes montagnards en compagnie de Bao Daï, ancien empereur d’Annam et chef de l’État du Vietnam, qui passe une partie de son temps dans sa retraite à Ban Me Thuot. L’action du général de Lattre de Tassigny pendant l’année 1951 tend à consacrer l’indépendance du Vietnam dans le cadre de l’Union française et à impliquer les États associés dans la lutte contre le Viêt-minh. Bao Daï, qui ne veut pas apparaître comme un simple fantoche, montre réticent à collaborer avec le général de Lattre de Tassigny. Ils trouvent finalement un accord en mai 1951 sur la nécessité de mettre en place une armée vietnamienne.
    • Date : Janvier 1951
    • Lieu : Indochine française, Annam, Ban Me Thuot
    • Photographe : inconnu
    • Origine : SPI
    • Référence : ANN-51-1-R13
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Lors de l’opération Marécages, des hommes du bataillon de marche indochinois (BMI) progressent sur un pont de bambous. Dès 1946, s’opère le « jaunissement » de l’armée, avec le recrutement d’autochtones réguliers. Certaines unités comme le BMI sont composées uniquement d’autochtones avec un commandement français.
    • Date : Février 1951
    • Lieu : Indochine française, Tonkin
    • Photographe : Guy Defives
    • Origine : SPI
    • Référence : TONK-51-28-R10
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Arrestation de partisans du Viêt-minh camouflés dans des marécages, lors de l’opération Tourbillon 2 dont le but est l’élimination de la présence du Viêt-minh en plaine des Joncs.
    • Date : Juin 1951
    • Lieu : Indochine française
    • Photographe : Raoul Coutard
    • Origine : SPI
    • Référence : COC-51-41-R27
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Entraînement d’un escadron blindé de l’armée vietnamienne. Les photographes du Service presse information (SPI) réalisent de nombreux reportages consacrés à la formation des unités vietnamiennes, cambodgiennes et laotiennes par des cadres français. La mise sur pied d’armées nationales devient en effet un véritable enjeu pour la France. Elles doivent combler le manque d’effectifs français et, à terme, relever les troupes françaises d’Extrême-Orient. Découvertes récemment, ces diapositives en couleur révèlent une production photographique en couleur par les photographes du SPI alors que le fonds Indochine ne conservait jusqu’alors que des photographies en noir et blanc.
    • Date : inconnu
    • Lieu : Indochine française
    • Photographe : inconnu
    • Origine : SPI
    • Référence : INDO-COUL-LC157
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Des soldats de différentes origines (France métropolitaine, Vietnam, Martinique et Maroc) posent pour un portrait de groupe lors de l'opération Camélia. Souffrant du manque d’effectifs et de moyens, l’armée a recours de façon massive aux troupes issues de son empire colonial et recrutées en Indochine. Ces dernières viennent renforcer les troupes européennes déjà engagées sur le territoire, affectées par les pertes dues aux opérations ou aux maladies. Ici, la nationalité des soldats est indiquée dans la légende originelle.
    • Date : Mai 1953
    • Lieu : Indochine française, Tonkin
    • Photographe : Pierre Ferrari
    • Origine : SPI
    • Référence : TONK-53-39-R59
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Entrée des troupes de l'armée populaire du Vietnam (APVN) dans Hanoï. Conformément aux accords de Genève, le corps expéditionnaire français en Extrême-Orient disposait de cent jours pour quitter Hanoï et de trois cents jours pour évacuer le reste de la zone située au nord du 17e parallèle. Le 9 octobre, Hanoï est remis aux autorités du Viêt-minh.
    • Date : Octobre 1954
    • Lieu : Indochine française, Tonkin, Hanoï
    • Photographe : René Adrian
    • Origine : SPI
    • Référence : HA-54-92-R40
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Installation de la position Dominique 2, lors de l’opération Castor à Diên Biên Phu. Cette photographie en couleur provient du don d’Henri Mauchamp, infirmier dans les parachutistes coloniaux. M. Mauchamp a également fait don d’un film amateur tourné lors de son séjour en Indochine.
    • Date : Novembre-Décembre 1953
    • Lieu : Indochine française, Tonkin, Diên Biên Phu
    • Photographe : Henri Mauchamp
    • Origine : ECPAD – collection Mauchamp
    • Référence : D96-356
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Vue aérienne du camp retranché de Diên Biên Phu. Raymond Cauchetier, responsable du service d’information de l’armée de l’air, est chargé par le général Chassin de photographier l’activité de l’armée de l’air afin de constituer un album promotionnel. Il réalise, avec un appareil qu’il achète sur ses propres deniers, environ quatre mille clichés dont une partie seulement est conservée à l’ECPAD dans les fonds privés. Après la guerre d’Indochine, il continue son activité de photographe au Cambodge et, de retour en France, devient photographe de plateau pour les plus grands cinéastes de la Nouvelle vague.
    • Date : 1953-1954
    • Lieu : Indochine française, Tonkin, Diên Biên Phu
    • Photographe : Raymond Cauchetier
    • Origine : ECPAD – collection Cauchetier
    • Référence : d103-980
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Blessés attendant de recevoir des soins médicaux dans les boyaux, près de la salle d'opération de l'antenne chirurgicale du camp retranché de Diên Biên Phu. Cette photographie est prise dans le cadre de l’ouverture d’une route au sud de Diên Biên Phu pour rejoindre la colline Isabelle, ce qui donne lieu à des accrochages quotidiens. Le 25 mars 1954, une compagnie du Viêt-minh est anéantie et cent soixante-quinze cadavres sont dénombrés sur le terrain. Le reportage montre les deux aspects de la réalité : d'une part, les soins à l’antenne chirurgicale ; d'autre part, les troupes prenant position dans des tranchées.
    • Date : Mars 1954
    • Lieu : Indochine, Tonkin, Diên Biên Phu
    • Photographe : attribué à Daniel Camus ou à Jean Péraud
    • Origine : SPI
    • Référence : NVN-54-47-L2
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Opération Condor. Progression de la colonne Godard (ou Crèvecœur, du nom du colonel commandant les forces laotiennes qui pilote cette opération), partie de Muong Saï au Laos en direction de Muong Khoua et de Diên Biên Phu pour porter assistance à la garnison assiégée. Il s’agit en fait d’une opération de diversion destinée à détourner du camp retranché les troupes du Viêt-minh. Après plusieurs semaines de marche harassante dans la jungle, la colonne, composée de plus de deux mille hommes, reçoit l’ordre de faire demi-tour alors qu’elle se trouve à quelques dizaines de kilomètres du camp retranché de Diên Biên Phu qui vient de tomber, le 7 mai 1954.
    • Date : Avril-Mai 1954
    • Lieu : Indochine française, Laos
    • Photographe : René Adrian
    • Origine : SPI
    • Référence : NVN-54-65-R43
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Des journalistes et reporters français et de l’armée populaire du Vietnam (APVN) se retrouvent dans une salle de repos lors de la conférence de Trung Gia dans une ambiance décontractée. Ces pourparlers menés par une commission militaire composée d’une délégation franco-vietnamienne et d’une délégation de l'APVN doivent établir les modalités d'un cessez-le-feu entre l'armée française et l'APVN.
    • Date : Juillet 1954
    • Lieu : Indochine française, Tonkin, Trung Gia
    • Photographe : Fernand Jentile
    • Origine : SPI
    • Référence : NVN-54-112-R13
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Accueillis par une pancarte leur souhaitant « bon voyage pour votre passage vers la liberté », des réfugiés vietnamiens fuyant le Nord-Vietnam sont débarqués sur les quais de Saïgon par la marine américaine. L’opération « passage to freedom » organisée par l’United State Navy entre 1954 et 1955 a pour but de transporter les civils vietnamiens, les catholiques vietnamiens et les soldats de l’armée française fuyant le régime communiste de la République démocratique du Vietnam, après la partition du Vietnam au 17e parallèle suite aux accords de Genève dans la nuit du 20 au 21 juillet 1954. Cet exode est accompagné d’une campagne de propagande anti-communiste aux États-Unis où l’on n’hésite pas à exagérer le nombre de réfugiés.
    • Date : Août 1954
    • Lieu : Indochine française, Cochinchine, Saïgon
    • Photographe : Fernand Jentile
    • Origine : SPI
    • Référence : SC-54-147-R2
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Échange de prisonniers entre l’armée française et l’armée populaire du Vietnam à Viet Tri, suite aux accords signés à Trung Gia le 14 août 1954. Le colonel Charton, fait prisonnier lors des combats de la route coloniale n° 4 en octobre 1950, passe sous une banderole portant l'inscription « Vive la paix et l’amitié des peuples ».
    • Date : Septembre 1954
    • Lieu : Indochine française, Tonkin, Trung Gia
    • Photographe : Jean Lussan
    • Origine : SPI
    • Référence : NVN-54-133-R34
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      Proclamation de la République du Sud-Vietnam et installation du président Ngo Dinh Diem dans les fonctions de président de la République. Profondément anti-communiste, le nouveau président met en place un régime dictatorial et refuse, en accord avec les États-Unis, d’organiser les élections prévues avant 1956 pour permettre la réunification du Vietnam comme le prévoyaient les accords de Genève.
    • Date : Septembre 1955
    • Lieu : Indochine française, Cochinchine, Saïgon
    • Photographe : attribuée à Hai ou à Zygmond Michalowski
    • Origine : SPI
    • Référence : SC-55-237-R19
    • L’Indochine dans les fonds de l’ECPAD : 1885-1956
      La Légion quitte l’Indochine. Des éléments du 1er régiment étranger de cavalerie et du 5e régiment étranger d’infanterie, qui rejoint ensuite l’Algérie, attendent d’embarquer sur le bâtiment le Pasteur. Certains sont accompagnés de leur compagne vietnamienne.
    • Date : Janvier 1956
    • Lieu : Indochine française, Cochinchine, Cap Saint-Jacques
    • Photographe : Zygmond Michalowski
    • Origine : SPI
    • Référence : SVN-56-6-R22

Les fonds photographiques relatifs à l’Indochine française conservés à l’ECPAD témoignent de presque un siècle de présence française dans celle que l’on nomme la « perle de l’Empire »,

depuis la conquête et la pacification des territoires jusqu’au départ des troupes françaises d’Indochine en 1956, scellant la décolonisation et l’indépendance du Vietnam, du Cambodge et du Laos. Ces fonds photographiques, qui proviennent à la fois de fonds privés et des fonds organiques constitués dès 1915 par les sections photographique et cinématographique des armées (SPA et SCA), permettent d’appréhender l’histoire de l’Indochine de 1885 à 1956 à travers le double prisme des photographes amateurs et des reporters de l’armée.

Dans un contexte d’expansion coloniale, l’usage de la photographie revêt de nombreux attraits pour mettre en valeur les ressources de ce fleuron de l’Empire. C’est pour les photographes amateurs, très souvent officiers, un formidable moyen pour restituer l’aventure vécue dans ces contrées lointaines. À l’instar du capitaine Borbal-Combret qui effectue deux séjours au Tonkin, l’un en 1885, l’autre en 1893, au sein du 3e régiment de tirailleurs tonkinois, alors que la pacification du Tonkin se poursuit, les photographes amateurs rapportent des photographies qui revêtent un caractère documentaire précieux. Elles illustrent non seulement le militaire en situation coloniale accomplissant ses missions au service de la France mais aussi le caractère plus intime de sa vie quotidienne. Dans la lignée des explorateurs et géographes qui les ont précédés, les photographes dépeignent les aspects touristiques du territoire, l’exotisme et le raffinement de la culture séculaire indochinoise et les particularités ethnographiques des tribus indigènes rencontrées.

Durant la première guerre mondiale, les photographes et cameramen de l’armée vont rendre compte du conflit, de l’ampleur des destructions et de la vie des soldats. Sujets de l’empire, près de cent mille Indochinois sont mobilisés et rejoignent le front français ou le front d’Orient et contribuent à l’effort de guerre dans les usines d’armement et d’aviation en France. La curiosité pour l’indigène et la culture indochinoise transplantée en métropole transparaît dans certains de ces reportages.

Pendant l’entre-deux-guerres, la mise en valeur de l’Indochine s’accélère grâce à l’afflux de capitaux coloniaux qui permettent  d’équiper les réseaux routiers, ferroviaires et fluviaux. En l’absence de service photographique des armées dédié[1], l’ECPAD ne dispose pas de fonds organiques sur cette période. Certains documents des fonds privés attestent toutefois de cette expansion économique. Les archives photographiques du colonel Hubert de Boisboissel (référence D301) offrent des portraits de personnalités de l’administration coloniale ainsi que des vues saisissantes de criminels condamnés.

Durant la seconde guerre mondiale, la participation des tirailleurs annamites et indochinois, également photographiée, est visible dans les fonds photographiques de l’armée d’armistice et de l’armée de la Libération ainsi que dans le fonds allemand.

Le retour de l’armée française en Indochine en 1945 s’accompagne de l’envoi de photographes[2] qui ont pour mission de rendre compte de l’action de l’armée française en Indochine. Riche d’environ cent mille photographies, le fonds Indochine met en lumière les divers aspects militaires, politiques, économiques ou encore culturels, ethnographiques et religieux des provinces indochinoises. Les photographies témoignent en particulier de l’évolution de la guerre d’Indochine. Fortement ancrées dans la « propagande » de la reconquête coloniale dans les premières années du conflit, les photographies du fonds Indochine prennent un relief à la fois plus réel et plus violent au début des années cinquante avec le début des grandes batailles dans lesquelles les reporters sont désormais plongés au plus près du combattant sous l’impulsion du général de Lattre de Tassigny qui souhaite médiatiser cette guerre lointaine.

À l’occasion de l’exposition Indochine, des territoires et des hommes : 1856-1956 qui se tient au musée de l’Armée du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014 et pour laquelle l’ECPAD a contribué à l’illustration iconographique et cinématographique, nous proposons une sélection de trente photographies représentatives de l’histoire militaire en Indochine à travers un regard croisé dans les différentes collections de l’ECPAD.


[1] En 1919, la SPCA est mise en sommeil pour n’être réactivée qu’en 1939.

[2] Les services d’information en Indochine sont dès 1945 organisés en camps de presse rattachés à un détachement de propagande. Davantage structurés à partir de 1948, ils prennent successivement les dénominations de « Service presse propagande information » (juillet 1948), « Service moral information » (novembre 1948), « Service militaire d’information » (février 1950) et enfin « Service presse information » (juin 1950). Par souci d’homogénéité, la mention SPI dans le champ « origine » des légendes vaut pour toutes les incarnations du service presse information en Indochine, entre 1945 et 1956.