• La ville de Lao Kay au début du XXe siècle.
      La ville de Lao Kay, vue depuis la rive droite du fleuve Rouge. Etablie au confluent du fleuve Rouge et du Nam Ty, Lao Kay est une ville frontière entre le Tonkin et la province chinoise du Yunnan.
    • Date : Avril 1906
    • Lieu : Indochine / Tonkin / Fleuve Rouge / Chine
    • Photographe : Imbert Edgard
    • Origine : Imbert - ECPAD
    • Référence : IT-19-306
    • La ville de Lao Kay au début du XXe siècle.
      Bac annamite sur le fleuve Rouge assurant la liaison entre les villes de Lao Kay et de Coc Leu, au Tonkin.
    • Date : Avril 1906
    • Lieu : Indochine / Tonkin / Fleuve Rouge / Chine
    • Photographe : Imbert Edgard
    • Origine : Imbert - ECPAD
    • Référence : IT-19-308
    • La ville de Lao Kay au début du XXe siècle.
      Pagode chinoise sur la place principale de Lao Kay. Cet édifice est orné de hauts-reliefs et de frontons en pierre dure finement sculptés.
    • Date : Avril 1906
    • Lieu : Indochine / Tonkin / Fleuve Rouge / Chine
    • Photographe : Imbert Edgard
    • Origine : Imbert - ECPAD
    • Référence : IT-19-312
    • La ville de Lao Kay au début du XXe siècle.
      Pont enjambant le Nam Ty et reliant Lao Kay à la ville chinoise de Ho Kéou. Ce pont construit en 1903 est constitué d'un tablier métallique et des piles en pierre dont la base est renforcée par des blocs de maçonnerie.
    • Date : Avril 1906
    • Lieu : Indochine / Tonkin / Fleuve Rouge / Chine
    • Photographe : Imbert Edgard
    • Origine : Imbert - ECPAD
    • Référence : IT-19-313
    • La ville de Lao Kay au début du XXe siècle.
      Entrée du pont sur le Nam Ty, côté français. La présence d'une sentinelle et de sa guérite marque la frontière avec le Yunnan chinois.
    • Date : Avril 1906
    • Lieu : Indochine / Tonkin / Fleuve Rouge / Chine
    • Photographe : Imbert Edgard
    • Origine : Imbert - ECPAD
    • Référence : IT-19-315
    • La ville de Lao Kay au début du XXe siècle.
      La ville de Lao Kay, vue depuis l'extrémité chinoise du pont sur le Nam Ty. Pour les protéger du courant très violent, les maisons sont construites à flanc de coteau et soutenues par des pilotis en bambou.
    • Date : Avril 1906
    • Lieu : Indochine / Tonkin / Fleuve Rouge / Chine
    • Photographe : Imbert Edgard
    • Origine : Imbert - ECPAD
    • Référence : IT-19-316
    • La ville de Lao Kay au début du XXe siècle.
      Sampans chinois sur la rive du fleuve Rouge. Ces embarcations disposent de mâtures élevées formées de bambous assemblés. Quand les bateaux sont arrivés à destination, la mâture est abattue et rangée le long du bord.
    • Date : Avril 1906
    • Lieu : Indochine / Tonkin / Fleuve Rouge / Chine
    • Photographe : Imbert Edgard
    • Origine : Imbert - ECPAD
    • Référence : IT-19-317
    • La ville de Lao Kay au début du XXe siècle.
      Marthe Imbert en compagnie d'un couple d'amis, dans la vallée du Nam Ty.
    • Date : Avril 1906
    • Lieu : Indochine / Tonkin / Fleuve Rouge / Chine
    • Photographe : Imbert Edgard
    • Origine : Imbert - ECPAD
    • Référence : IT-19-326

En avril 1906, quelques mois après leur arrivée en Indochine, les époux Imbert se rendent à Lao Kay en compagnie d’un couple d’amis, René Legault, pharmacien aide-major de deuxième classe en poste à Haïphong, et sa femme Germaine.

Ce voyage en train les amène dans la province la plus lointaine du nord-ouest du Tonkin, à 1 600 mètres au-dessus du niveau de la mer, à la frontière chinoise.

Dans cette région, petits hameaux et villages sont peuplés de diverses ethnies.

La ville de Lao Kay est établie au confluent du fleuve Rouge et de son affluent, le Nam Ty, qui marque la frontière avec le Yunnan (province du sud de la Chine).

De l’autre côté du fleuve Rouge, la ville militaire de Coc Leu abrite la garnison, les magasins, les services, la mission et l’église.

Ces deux villes n’étant pas reliées par un pont, la communication entre Lao Kay et de Coc Leu est assurée par bateau, au moyen d’un bac militaire ou d’un sampan annamite traditionnel.

En revanche, un pont en pierre et en fer construit en 1903 permet de traverser le Nam Ty et de rejoindre la ville chinoise de Ho Kéou.