Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, environ soixante-dix[1] attentats éclatent sur une trentaine de points du territoire algérien. Le bilan s’élève à huit morts, quatre blessés et d’importants dégâts matériels. Le monde apprend la naissance du Front de libération nationale (FLN) par un communiqué prenant la forme de […]

24mar

Les débuts de la guerre d’Algérie (1954 -1955)

En complément du portfolio est proposé un montage d’extraits de sept films tournés par les opérateurs du service cinématographique des armées (SCA) en Algérie. À la différence des photographies, aucun film n’a été tourné en Algérie avant l’été 1955. Les débuts de l’insurrection algérienne sont donc absents des collections filmiques de l’ECPAD. La production de films du SCA en Algérie pour l’année 1955, avec vingt films tournés, est nettement inférieure à celle de 1956, avec cent quatre-vingt-un films.



10fév

Magazine des armées n°102

Magazine d’actualités militaires, réalisées sur le modèle de la presse filmée, destiné non seulement aux formations militaires dans le cadre de l’information et de l’instruction mais aussi au public civil.

07oct

Les ailes qui s’ouvrent

Les jeunes gens arrivant au Centre régional de vol sans moteur du djebel Diss (Algérie) ont déjà dans leur bagage de solides connaissances théoriques dans le domaine du modélisme de planeurs et du vol à voile.


29juin

L’indépendance algérienne, juillet 1962 à travers les archives de l’ECPAD

En complément du portfolio, nous proposons deux séquences issues de deux épreuves de tournage différentes.

11juin

Les hélicoptères en Algérie.

Ce film nous présente les hélicoptères de la base GH2 d’Aïn Arnat qui constitue le support de ces appareils opérant dans l’est algérien, et nous montre aussi des exemples d’utilisation concrète des ces hélicoptères.

26mar

Action des forces de l’ordre à Oran.

Dans l’après-midi du 28 mars 1962 à Oran, les forces de l’ordre, appuyées par des blindés et des éléments d’Infanterie, cernent les quartiers Carteaux et Melis.

19mar

Combats de rues entre forces de l’ordre et l’OAS à Bab-el-Oued.

Le général Ailleret ordonne la riposte et engage des chars dans la bataille. Les militaires bouclent Bab-el-Oued et prennent position dans les rues.