• Arrivée des renforts au poste de Yen Cu Ha.
      Lors de la bataille du Day, au poste de Yen Cu Ha, des tirailleurs du IVe BM/7e RTA (4e Bataillon de Marche du 7e Régiment de Tirailleurs Algériens) surveillent l'arrivée des Bô Doï (soldats réguliers du Viêt-minh) prisonniers, transférés par un LCM (Landing Craft Material) de la 3e Dinassaut (3e Division Navale d'Assaut).
    • Date : Juin 1951
    • Lieu : Tonkin / Indochine
    • Photographe : Inconnu
    • Référence : TONK-51-80-R06
    • Arrivée des renforts au poste de Yen Cu Ha.
      Sous la garde des tirailleurs du IVe BM/7er RTA (4e Bataillon de Marche du 7e Régiment de Tirailleurs Algériens), quelques Bô doï (soldats réguliers du Viêt-minh) parmi les milliers que compte les Daï Doan (divisions) 308, 304 et 320 qui ont pris part à l'attaque sur le Day mais ont été surpris par la contre-offensive ordonnée par le général de Lattre de Tassigny. A l'issue de la bataille, on comptera 12 000 Bô doï tués et 1 800 autres prisonniers.
    • Date : Juin 1951
    • Lieu : Tonkin / Indochine
    • Photographe : Inconnu
    • Origine : SCA - ECPAD
    • Référence : TONK-51-80-R07
    • Arrivée des renforts au poste de Yen Cu Ha.
      Au cours de la bataille du Day, des tirailleurs du IVe BM/7e RTA (4e Bataillon de Marche du 7e Régiment de Tirailleurs Algériens) et le lieutenant de Philiperville assistent à l'arrivée des renforts (le 7e BPC, Bataillon de Parachutistes coloniaux) au poste de Yen Cu Ha. L'équipement individuel de cette unité d'infanterie est encore à cette date entièrement d'origine britannique (de type "Pattern 37"), bien que l'armement soit français (ici des fusils-mitrailleurs 24/29 et des fusils MAS 36).
    • Date : Juin 1951
    • Lieu : Tonkin / Indochine
    • Photographe : Inconnu
    • Origine : SCA - ECPAD
    • Référence : TONK-51-80-R10
    • Arrivée des renforts au poste de Yen Cu Ha.
      Au cours de la bataille du Day, trois officiers du IVe BM/7e RTA (4e Bataillon de Marche du 7e Régiment de Tirailleurs Algériens) prenant part à l'opération de dégagement du poste de Yen Cu Ha. Le cadre au premier plan porte l'insigne du régiment, dont la devise inscrite en arabe est "la victoire ou la mort".
    • Date : Juin 1951
    • Lieu : Tonkin / Indochine
    • Photographe : Inconnu
    • Origine : SCA - ECPAD
    • Référence : TONK-51-80-R11
    • Arrivée des renforts au poste de Yen Cu Ha.
      Des tirailleurs de la 5e compagnie du IIe BM/1er RTA (2e Bataillon de Marche du 1er Régiment de Tirailleurs Algériens) inspectent l'église de Ninh-Binh, ravagée par les obus de mortiers et de canons sans recul du Viêt-minh qui assiégeait 73 hommes du commando-marine "François" retranché dans l'édifice. Submergés par 3 000 Bô Doï (soldats réguliers) de la division 308 déferlant sur la position, les commandos-marines y livrèrent un corps à corps furieux, les survivants tentant une sortie en force.
    • Date : Juin 1951
    • Lieu : Tonkin / Indochine
    • Photographe : Inconnu
    • Origine : SCA - ECPAD
    • Référence : TONK-51-80-R14
    • Arrivée des renforts au poste de Yen Cu Ha.
      Au poste de Yen Cu Ha, au cours de la bataille du Day, des tirailleurs du IVe BM/7e RTA (4e Bataillon de Marche du 7e Régiment de Tirailleurs Algériens) observent les parachutistes du 7e BPC (Bataillon de Parachutistes Coloniaux) et leurs coolies (porteurs) chargeant des caisses de rations à bord d'un LCM (Landing Craft Material) de la 3e Dinassaut (Division Navale d'Assaut).
    • Date : Juin 1951
    • Lieu : Tonkin / Indochine
    • Photographe : Inconnu
    • Origine : SCA - ECPAD
    • Référence : TONK-51-80-R18
    • Arrivée des renforts au poste de Yen Cu Ha.
      Lors de la bataille du Day, au cours du dégagement du poste de Yen Cu Ha, un Bô Doï (soldat régulier du Viêt-minh) blessé est évacué vers un LCM (Landing Craft Material) de la 3e Dinassaut (Division Navale d'Assaut) par un de ses camarades aidé par des tirailleurs du IVe BM/7e RTA (4e Bataillon de Marche du 7e Régiment de Tirailleurs Algériens).
    • Date : Juin 1951
    • Lieu : Tonkin / Indochine
    • Photographe : Inconnu
    • Origine : SCA - ECPAD
    • Référence : TONK-51-80-R48

Dans le cadre de la bataille du Day, le poste de Yen Cu Ha, un des verrous de la ligne de défense de la région, est attaqué par le Tieu Doan (régiment) 88, surnommé  » régiment de la rivière claire ». Dans la nuit du 4 au 5 juin, la garnison (une compagnie de partisans du Hung Yen, renforcée depuis le 30 mai par 120 hommes du commando « Romary ») est matraquée pendant deux heures à coups de « SKZ » (Sung Khong Zat : canons sans recul chinois) et de mortiers (pour la première fois, le Viêt-minh emploie des obus « WP » au phosphore blanc). Des « volontaires de la mort » sapent les murs avec des charges creuses et l’assaut général submerge la position; le poste changera de mains par quatre fois et certaines casemates, six fois de suite. Les survivants de la garnison livrent avec l’énergie du désespoir un corps à corps à l’arme blanche dans l’enceinte même du poste. Alors que la poignée de combattants menée par le lieutenant Romary (blessé de deux balles et de multiples éclats) s’imagine sur le point d’être annéantie, le LSSL (Landing Ship Support Large) n° 6 de la 3e Dinassaut (Division Navale d’Assaut) surgit sur le fleuve Day, et tirant de toutes ses mitrailleuses, prend l’ennemi à revers et lui coupe la retraite au canon. La 13e compagnie (capitaine Sausse) du 7e BPC (Bataillon de Parachutistes Coloniaux) est débarquée par un LCM (Landing Craft Material) et se lance à la rescousse des assiégés. La réduction des assaillants passe même par le dynamitage de la tour dominant les défenses du poste, où s’est retranchée une compagnie ennemie prise au piège et refusant de cesser le combat (55 Bô Doï se rendront finalement). S’installant dans les ruines jonchées de cadavres de Yen Cu Ha, les parachutistes coloniaux se préparent à repousser un nouvel assaut (ils en repousseront quatre dans la nuit du 5 au 6 juin 1951).

L’échec de l’attaque du poste de Yen Cu Ha aura coûté à la Daï Doan (division) 308, unité d’élite du Viêt-minh (la fameuse « division de fer ») environ un millier de tués. Les prisonniers sont regroupés et transférés par les LCM de la 3e Dinassaut et confiés à la garde des tirailleurs du IVe BM/7e RTA (4e Bataillon de Marche du 7e Régiment de Tirailleurs Algériens) qui les aident à porter leurs blessés lors du débarquement sur la rive droite du Day tandis que s’organise plusieurs rotations pour renforcer le poste tout juste reconquis. Le LSSL n° 6, qui a été pris à partie et touché par deux fois par un « SKZ » dans sa course nocturne sur le fleuve pour rejoindre Yen Cu Ha au plus vite, mouille à présent non loin du poste. Des parachutistes coloniaux du 7e BPC progressent sur une digue après avoir accosté et entrent dans le poste. Un transmetteur des parachutistes installe son poste SCR 694 dans les ruines, aidé par des partisans tandis que ses camarades examinent un canon court de 155 mm qui trône aux milieu des gravats. Les tirailleurs algériens finissent d’évacuer les Bô Doï blessés avec des brancards improvisés ou à défaut, en les portant dans leurs bras.

A noter : une vue intérieure de l’église de Ninh-Binh, saccagée par le Viêt-minh en 1947 et laissée à l’abandon avant d’être occupée par 73 hommes du commando marine « François » qui y seront assaillis par des milliers de Bô Doï de la Daï Doan (division) 304, le 29 mai 1951, premier acte de la bataille du Day.